22 décembre 2016

10 conseils pour mieux profiter de vos fêtes !

1. L’usage d’alcool ou d’autres drogues n’est jamais sans risque

Les soirées les plus chouettes sont celles dont on ressort avec de beaux souvenirs ! Ces derniers mois, plusieurs alertes ont été diffusées concernant des produits psychotropes à haut risque, renseignez-vous ! N’oubliez pas que l’alcool, même s’il est légal, reste un produit psychotrope dont l’usage peut entraîner des complications. N’oubliez pas non plus que beaucoup d’événements affichent une tolérance zéro face aux produits illégaux.

2. Prenez du temps pour faire des pauses

Il est normal d’aimer faire la fête jusqu’au matin. Mais parfois, le corps et l’esprit ont besoin d’une pause pour profiter dans la durée de la programmation. N’hésitez pas à faire un break dans un endroit calme et aéré, à l’écart des stimulations visuelles et sonores. La plupart des fêtes se déroulent dans des endroits surchauffés. Danser déshydrate; l’alcool ainsi que d’autres stimulants amplifient cette déshydratation. Buvez de l’eau régulièrement en petites quantités !

3. Soyez gentils avec vos oreilles

A l’évidence, c’est pour profiter du son proposé par votre lieu festif préféré que vous partez danser toute la nuit. Mais pour que la musique reste un plaisir, il est important d’être attentif à vos oreilles. Si le bruit est tel qu’une personne située à 1 mètre de vous doit crier pour se faire comprendre, c’est que vous êtes dans un environnement à risque. Si elle doit vous crier dans l’oreille, il y a danger. Restez à distance des haut-parleurs, utilisez des bouchons d’oreille si nécessaire ! Si des sifflements, des bourdonnements ou une diminution de votre acuité auditive perdurent au-delà de 12 heures après l’événement, consultez un ORL au plus vite.

4. Pensez vous-même, souciez-vous des autres

C’est en compagnie de ses amis qu’on passe les meilleurs moments. Mais ne vous laissez pas emporter par l’effet de groupe. Si vous ne vous sentez pas dans votre assiette, écoutez les signaux de votre corps afin de respecter votre rythme. A l’inverse, prenez soin les uns des autres afin de vous assurer que vos compagnons de fête passent eux-aussi un bon moment. Si nécessaire, donnez-vous des lieux de rendez-vous si le lieu est grand. Rentrez en groupe plutôt que seul(e) ! Contribuez à la fête tout en évidant les situations conflictuelles.

5. Trouvez votre rythme : dormez, mangez, sortez !

Vous n’êtes pas un robot ! Avant de sortir, faites en sorte d’avoir dormi suffisamment d’heures pour avoir vos batteries rechargées. Privilégiez des repas pas trop lourds mais suffisamment nourrissants pour tenir jusqu’au bout de la nuit. Vous tiendrez plus longtemps si vous avez fourni à votre corps les ressources nécessaires.

6. Ne repoussez pas vos limites ; soyez responsables

Vos amis et votre famille tiennent à vous. Définissez à l’avance vos limites de consommations mais aussi de budget pour la soirée. Il vaut mieux « un rien pas assez » que « trop tard, c’est trop ». Faites en sorte de rester dans les limites de votre corps afin que la fête reste un plaisir.

7. Anticipez les circonstances climatiques

Averses belges ? Pluie verglaçante ? Chutes de neige ? Soyez attentifs aux conditions climatiques annoncées. Cela vous permettra de prévoir des vêtements suffisamment chauds mais aussi de mieux organiser vos déplacements vers et de retour de votre sortie.

8. Safe sexe, toujours !

Emportez toujours avec vous des préservatifs ! N’oubliez pas d’en vérifier la date de péremption. Faites attention de ne pas déchirer le préservatif en le sortant de l’emballage. Un préservatif bien enfilé, plaisir assuré ! Le lubrifiant permet d’améliorer les sensations durant le rapport, diminue le risque de rupture du préservatif et l’irritation des muqueuses ! Un test de dépistage est toujours utile : beaucoup d’infections sexuellement transmissibles sont asymptomatiques.

9. Les 1ers secours sont vos amis

En cas de malaise, de blessure, de constat d’incident,… Contactez le 112 (le numéro d’urgence). Même si vous ou un de vos amis avez consommé une drogue, il est important de communiquer tout ce que vous savez pour qu’une aide appropriée puisse vous être apportée. Les secouristes sont tenus au secret médical.

10. Pas de conduite sous influence

Si vous avez consommé de l’alcool ou d’autres drogues, ne conduisez pas de véhicule (vélo y compris !). Vous pourriez représenter un danger pour vous-même ou pour les autres. Dans l’idéal, prévoyez des moyens alternatifs à la voiture pour rentrer (numéros de taxi, horaires des premiers bus/trains/trams/métros !).

A lire, à retenir et à appliquer vigoureusement !

 

29 juillet 2016

Pourquoi les risques auditifs sont-ils plus importants en festival ?

L’écoute de musiques amplifiées peut induire des dommages irréversibles pour l’oreille. En festival, ces risques sont accrus par plusieurs facteurs : doses de son accumulées durant plusieurs jours, manque de repos pour l’oreille, distance variable entre le public et les haut-parleurs,…

Faire la fête, écouter la musique, danser, se noyer dans la foule : cela fait partie de nos plaisirs festivaliers. Mais s’exposer à des doses importantes de musiques amplifiées comporte des risques sérieux pour la santé. Il existe des moyens faciles pour les réduire ses risques.

Dès 85 dB, on franchit le seuil de risque pour l’oreille. Pour savoir si vous êtes dans un environnement à risque, il suffit de tenter l’expérience suivante : si le bruit ambiant est tel qu’une personne située à 1 mètre de vous doit crier pour se faire comprendre, c’est que vous êtes dans un environnement à risque. Si elle doit vous crier dans l’oreille, il y a danger.

En festival :

  • on s’expose à une grande quantité de son (jusqu’à 16 heures par jour !)
  • on cumule plusieurs jours d’exposition (jusqu’à 5 jours pour les plus valeureux d’entre nous).
  • on oublie de faire des pauses entre les concerts (de 15 à 30 minutes suffisent).
  • on se retrouve parfois coincé par la foule à proximité des haut-parleurs.
  • même si l’on dort, notre oreille reste exposée aux bruits environnants du camping.

C’est une erreur de croire qu’on « s’habitue » au bruit, que le corps s’adapte progressivement à des volumes sonores élevés. En fait, on le tolère, on le supporte mais les effets sur la santé ne sont pas diminués : on est seulement moins vigilant par rapport à ce qu’on ressent.

Le problème avec l’oreille, c’est qu’une fois qu’elle a été endommagée, il est très rare de pouvoir y remédier. Voici une description des risques encourus. Nous vous encourageons à la plus grande vigilance.

  • Les acouphènes : la personne entend des bruits sans source extérieure objective. Beaucoup de gens ont déjà expérimenté de manière temporaire ces sifflements. Mais si les acouphènes s’installent, ils sont irréversibles et permanents.
  • L’hyperacousie : on perçoit comme forts ou douloureux des bruits perçus par les autres comme normaux ou faibles.
  • La surdité : réduction soudaine, complète ou partielle, de l’audition d’une oreille (ou plus rarement des deux).

Comment protéger vos oreilles ?

  • Utiliser des protections auditives. Les bouchons d’oreille réduisent les risques mais ne vous en protègent pas totalement. Vous en trouverez sur plusieurs stands durant le festival.
  • S’accorder des moments de calme: une pause de 10 minutes tous les ¾ d’heure ou de 30 minutes toutes les deux heures.
  • Rester à distance de la source sonore : ne vous collez pas aux enceintes !
  • Tenir compte de son état de fatigue: plus vous avez accumulé une forte dose de son, plus vos oreilles sont fragiles.
  • Tenir compte de sa consommation : la plupart des psychotropes comme l’alcool, la cocaïne et certains médicaments atténuent la sensation de douleur et vous rendent moins vigilant.

Que faire en cas de problème ?

Si vous entendez des bourdonnements ou des sifflements, si vous avez une perte d’audition totale ou même partielle, consultez immédiatement un ORL. Un traitement rapide peut vous éviter des troubles irréversibles.

A Esperanzah!, des bouchons d’oreille sont disponibles gratuitement aux stands de prévention sur le site des concerts et le camping festif.

Des casques de protection auditive sont également disponibles au point info grâce à la Mutualité Chrétienne.

Cet article est inspiré de la brochure « Décibels : protégez vos oreilles » disponible sur les stands de Safer Fiesta (site des concerts et camping).

Comment protéger ses oreilles ?

Contrairement au volume sonore de votre baladeur ou de l’ampli de votre guitare, vous ne contrôlez pas celui des concerts ou des soirées auxquels vous participez. L’influence du bruit sur l’audition dépend de différents facteurs et c’est en agissant sur ces facteurs qu’il est possible d’en diminuer les risques de dommages. Voici quelques moyens pour rester en bonne santé et réduire les risques pour vos oreilles :

(suite…)