8 novembre 2018

Le schiev festival au Beursschouwburg

Pour sa déjà quatrième édition, le schiev – festival qui invite le public à découvrir des concerts d’artistes belges et internationaux, mais aussi à discuter et à débattre sur différents projets musicaux – se tiendra pendant trois jours, du 16 au 18 novembre 2018, au Beursschouwburg, lieu labellisé bruxellois Quality Nights.

« Qu’elle soit électronique ou acoustique, traditionnel ou futuriste, le schiev festival offre une large vision de la musique pop avant-gardiste. Diversité et découverte sont l’essence de notre programme artistique. Nous voulons que la plus large audience possible puisse avoir accès aux projets belges et internationaux qui visent à dépasser les limites de leur genre, ou de le pousser à son maximum. Nous présentons ce qui donne à notre nom son sens : les artistes les plus « schiev » : ceux qui osent, innovent et expérimentent librement avec des textures, des influences, des rythmes et des compositions.

Nous avons mis un accent particulier sur la présentation d’une programmation éclectique, convaincus qu’expérimenter certains genres musicaux en dehors de leurs contextes habituels peut générer une perception et une expérience différentes pour le public. L’éclectisme est une autre manière par laquelle nous essayons de donner au public l’opportunité de découvrir quelque chose de nouveau, ou de percevoir quelque chose qu’il connaissait déjà mais sous un nouveau jour.

Dans le contexte de la scène musicale internationale et face à tant d’actes conventionnels surestimés, le schiev festival se concentre sur les talents émergents et donne une importance spéciale à l’inclusion d’artistes belges comme une manière de soutenir la scène musicale locale et de promouvoir ceux qui sont souvent sous-exposés. »

En savoir plus sur l’événement : Facebook / Twitter / Instagram

20 septembre 2018

Alerte précoce : Pilules d’Ecstasy (XTC) fortement concentrées en MDMA et comprimés contenant du 2C-B et du 25I-NBOMe

Dans le cadre du système d’Alerte Précoce (Early Warning System – EWS), l’Institut Scientifique de Santé Publique (Sciensano) nous a informés de l’identification de deux comprimés contenant du 2C-B, de neuf comprimés d’ecstasy fortement dosés en MDMA et d’un comprimé vendu comme du LSD mais contenant du 25I-NBOMe. Six de ces comprimés ont été identifiés dans le cadre du service de testing de l’asbl Modus Vivendi, proposé à Bruxelles au lieu d’accueil Modus Fiesta.

Vu la concentration élevée en MDMA de ces comprimés, il existe un risque de complications graves (hyperthermie, déshydratation, convulsions, coma) voire de décès par overdose.

Le 2-CB est un hallucinogène. Le risque lié à la consommation inattendue d’un produit hallucinogène augmente fortement le risque de bad trip.

Le 25I-NBOMe est un hallucinogène. Bien que les effets psychoactifs provoqués par les NBOMe soient assez similaires à ceux du LSD, leur toxicité est plus importante en raison du faible écart qui sépare la dose récréative de la dose toxique. Il y a donc un risque d’intoxications graves voire de décès.

Il ne s’agit probablement pas des seules pilules fortement dosées qui circulent actuellement, car les logos et couleurs changent constamment, soyez donc particulièrement attentifs aux conseils de Réduction des Risques qui suivent :

  1. Si vous achetez des produits illégaux, ne le faites ni en rue ni en discothèque. Si malgré tout vous le faites, informez-vous auprès d’autres usagers sur les effets du produit et la fiabilité du revendeur.
  2. Si vous décidez de consommer une pilule, commencez par une petite quantité (¼ pilule) et attendez +/- une heure pour connaître l’effet. Si après une heure, vous ne sentez toujours pas les effets attendus, faites preuve de la plus grande prudence avant d’en reprendre surtout si vous avez consommé d’autre(s) produit(s) psychotrope(s).
  3. Evitez les mélanges, y compris avec l’alcool et évitez surtout de consommer simultanément des stimulants (ex : caféine, energy drinks, MDMA, cocaïne, speed, etc.). Consommer davantage de stimulants risquerait de provoquer un coup de chaleur, une hyperthermie, voire un coma.
  4. Pour éviter le « coup de chaleur », pensez à boire régulièrement de l’eau et à vous ménager des pauses.
  5. Entourez-vous de personnes de confiance, ne vous isolez pas. Lorsque vous sortez avec un groupe d’amis, veillez les uns sur les autres.
  6. A Bruxelles, vous pouvez faire tester vos produits (anonymement et gratuitement) à Modus Fiesta (rue Van Artevelde 130, à 1000 Bruxelles) tous les vendredis de 18h à 21h.

 Plus d’info: Infor-Drogues ou 02/227.52.52 

En cas de malaise: Contactez immédiatement les urgences : 112

Décrivez l’état de la personne comme suit : est-elle consciente ou non ? Respire-t-elle ou non ? Son cœur bat-il ou non ? Ne laissez pas la personne seule. Invitez-la à se reposer dans un endroit calme.

Pour plus d’informations concernant cette alerte, consultez l’alerte plus détaillée d’Eurotox.

10 septembre 2018

Réseau Festif Bruxellois, une coordination des actions de promotion de la santé en milieux festifs

Dans le cadre du nouveau Plan de promotion de la santé de la Cocof, le groupe de travail initialement mené par Modus Vivendi s’est constitué en réseau d’acteurs de promotion de la santé en milieux festifs à Bruxelles. Un nouveau réseau à développer et animer.

A la base de ce réseau, il y a un « groupe de travail festif » composé des projets d’intervention en milieux festifs de la Plate-Forme Prévention Sida, la Fédération Laïque de Centres de Planning Familial (le projet Sex&Co) et Modus Vivendi (particulièrement les projets « Equipe Mobile » et « Drogues Risquer Moins »). Initialement ce groupe de travail s’est constitué pour répondre à la nécessité de se coordonner entre acteurs du « festif » afin d’améliorer la cohérence et l’efficacité de leurs interventions. Assez rapidement d’autres enjeux sont venus s’inviter à la table des discussions, tels que le besoin de faire un état des lieux de l’offre déjà existante en matière d’intervention en milieux festifs et les éventuelles demandes ou besoins non couverts, organiser des moments de concertation (échanges de pratiques, formations, appuis méthodologique, création d’outils, etc.), travailler sur une identité commune tout en respectant les spécificités de chacun, mutualiser les ressources matérielles, humaines et méthodologiques…

Lire la suite de l’article de Marie François, coordinatrice du réseau, sur le site d’Education Santé

17 juillet 2018

Alerte précoce: Comprimés d’ecstasy fortement concentrés en MDMA

Dans le cadre du système d’Alerte Précoce (Early Warning System – EWS), l’Institut Scientifique de Santé Publique (Sciensano) nous a informés de l’identification de huit comprimés d’ecstasy fortement dosés en MDMA. Ces pilules ont été identifiées par l’Institut National de Criminalistique et de Criminologie.

Il s’agit d’une pilule « Trump » orange en forme de tête, d’une « Bull » rose de forme carrée, d’une « Hulk » vert en forme de tête, d’une « 100$ » vert en forme de rectangle, d’une « Bitcoin/Dashcoin/Litecoin » marron en forme d’octogone, d’une « Wickr/Telegram/Signal » bleu de forme carrée, d’une « No Hear, no see, no speak » jaune en forme de tête de singe et d’une « Fraise » jaune/vert en forme de fraise.

Vu la concentration élevée de ces comprimés, il existe un risque de complications graves (hyperthermie, déshydratation, convulsions, coma) voire de décès par overdose.

Il ne s’agit probablement pas des seules pilules fortement dosées qui circulent actuellement, car les logos et couleurs changent constamment, soyez donc particulièrement attentifs aux conseils de Réduction des Risques qui suivent :

  1. Si vous achetez des produits illégaux, ne le faites ni en rue ni en discothèque. Si malgré tout vous le faites, informez-vous auprès d’autres usagers sur les effets du produit et la fiabilité du revendeur.
  2. Si vous décidez de consommer une pilule, commencez par une petite quantité (¼ pilule) et attendez +/- une heure pour connaître l’effet. Si après une heure, vous ne sentez toujours pas les effets attendus, faites preuve de la plus grande prudence avant d’en reprendre surtout si vous avez consommé d’autre(s) produit(s) psychotrope(s).
  3. Evitez les mélanges, y compris avec l’alcool et évitez surtout de consommer simultanément des stimulants (ex : caféine, energy drinks, MDMA, cocaïne, speed, etc.). Consommer davantage de stimulants risquerait de provoquer un coup de chaleur, une hyperthermie, voire un coma.
  4. Pour éviter le « coup de chaleur », pensez à boire régulièrement de l’eau et à vous ménager des pauses.
  5. Entourez-vous de personnes de confiance, ne vous isolez pas. Lorsque vous sortez avec un groupe d’amis, veillez les uns sur les autres.
  6. A Bruxelles, vous pouvez faire tester vos produits (anonymement et gratuitement) à Modus Fiesta (rue Van Artevelde 130, à 1000 Bruxelles) tous les vendredis de 18h à 21h.

 Plus d’info: Infor-Drogues ou 02/227.52.52 

En cas de malaise: Contactez immédiatement les urgences : 112

Décrivez l’état de la personne comme suit : est-elle consciente ou non ? Respire-t-elle ou non ? Son cœur bat-il ou non ? Ne laissez pas la personne seule. Invitez-la à se reposer dans un endroit calme.

Pour plus d’informations concernant cette alerte, consultez l’alerte plus détaillée d’Eurotox.

10 juillet 2018

Ta check-list pour bien préparer ton festival

Partir en festival nécessite un minimum d’organisation afin de s’assurer de bénéficier d’un confort optimal pour profiter un maximum de la programmation et de l’ambiance.

Si tu comptes rester plusieurs jours en profitant du camping, voici une check-list de ce qu’il ne faut pas oublier !

(suite…)

3 juillet 2018

Alerte précoce : Comprimés d’ecstasy fortement concentrés en MDMA et poudre de cocaïne contenant de la kétamine

Identification de deux comprimés d’ecstasy fortement dosés en MDMA et d’une poudre blanche vendue comme de la cocaïne et contenant à la place de la kétamine dans le cadre du service de testing proposé par Modus Fiesta.

Il s’agit d’une pilule « Tesla » orange en forme de bouclier  et d’une « Tesla » bleu en forme de bouclier.

Vu la concentration élevée en MDMA de ces comprimés, il existe un risque de complications graves (hyperthermie, déshydratation, convulsions, coma) voire de décès par overdose.

La kétamine présente des effets dépresseurs. Elle peut être particulièrement dangereuse si elle est consommée par un usager qui s’attend à des effets psychostimulants.

Il ne s’agit probablement pas des seules pilules fortement dosées qui circulent actuellement, car les logos et couleurs changent constamment, soyez donc particulièrement attentifs aux conseils de Réduction des Risques qui suivent :

  1. Si vous achetez des produits illégaux, ne le faites ni en rue ni en discothèque. Si malgré tout vous le faites, informez-vous auprès d’autres usagers sur les effets du produit et la fiabilité du revendeur.
  2. Si vous décidez de consommer une pilule, commencez par une petite quantité (¼ pilule) et attendez +/- une heure pour connaître l’effet. Si après une heure, vous ne sentez toujours pas les effets attendus, faites preuve de la plus grande prudence avant d’en reprendre surtout si vous avez consommé d’autre(s) produit(s) psychotrope(s).
  3. Evitez les mélanges, y compris avec l’alcool et évitez surtout de consommer simultanément des stimulants (ex : caféine, energy drinks, MDMA, cocaïne, speed, etc.). Consommer davantage de stimulants risquerait de provoquer un coup de chaleur, une hyperthermie, voire un coma.
  4. Pour éviter le « coup de chaleur », pensez à boire régulièrement de l’eau et à vous ménager des pauses.
  5. Entourez-vous de personnes de confiance, ne vous isolez pas. Lorsque vous sortez avec un groupe d’amis, veillez les uns sur les autres.
  6. A Bruxelles, vous pouvez faire tester vos produits (anonymement et gratuitement) à Modus Fiesta (rue Van Artevelde 130, à 1000 Bruxelles) tous les vendredis de 18h à 21h. modusvivendi-be.org

 

PLUS D’INFO @ Infor-Drogues :

02/227.52.52 ou www.infor-drogues.be

 

EN CAS DE MALAISE :

Contactez immédiatement les urgences : 112

Décrivez l’état de la personne comme suit : est-elle consciente ou non ? Respire-t-elle ou non ? Son cœur bat-il ou non ? Ne laissez pas la personne seule. Invitez-la à se reposer dans un endroit calme.

Pour plus d’informations concernant cette alerte, consultez l’alerte plus détaillée d’Eurotox.

 

22 juin 2018

Le label BackSafe débarque dans les discothèques et les bars en s’alliant avec le label Quality Nights!

Conformément à la volonté des Ministres wallons de la Santé et de la Sécurité routière, Alda GREOLI et Carlo DI ANTONIO, de mener des politiques concertées afin de limiter les risques liés à la santé et à la sécurité en milieu festif, l’AWSR s’associe à l’asbl Modus Vivendi, pour lancer le label BackSafe dans le monde de la nuit. Les discothèques et bars qui disposent de ce label s’engagent à aider leurs clients à rentrer en sécurité. Cette labellisation vient compléter le label Quality Nights, soutenu par la Wallonie et grâce auquel les lieux de sortie offrent du matériel et des services pour garantir des sorties avec un minimum de risques pour la santé : eau gratuite, bouchons d’oreille, préservatifs, personnel formé, information santé. Aujourd’hui, 18 établissements wallons sont déjà labellisés Quality Nights.

3/4 des sorties sont associées à l’alcool

L’AWSR a récemment interrogé les jeunes Wallons au sujet de leurs habitudes de sortie le week-end. Sans surprise, les résultats montrent que la consommation d’alcool et/ou de drogues est largement répandue, en particulier dans les bars et discothèques.

76% des répondants reconnaissent en effet une consommation pouvant entrainer un taux d’alcool supérieur au taux limite légal de 0,5‰ lorsqu’ils se rendent dans un lieu de fête ou une discothèque. Ce pourcentage diminue à 45% pour les lieux Horeca et de loisirs et à 37% pour les soirées chez les amis ou la famille.

En ce qui concerne la consommation de drogues, elle est associée dans 19% des sorties. Aucune différence n’a été observée selon le lieu de sortie.

Malheureusement, une grande partie des jeunes Wallons ayant consommé de l’alcool et/ou de la drogue prennent le volant après la fête pour rentrer chez eux et s’exposent donc à un risque très élevé d’accident !

BackSafe : aider les fêtards à rentrer en sécurité

L’objectif du label BackSafe est d’aider les fêtards qui ont consommé de l’alcool ou d’autres substances à rentrer chez eux en sécurité, grâce à des actions mises en place par l’organisateur de l’événement ou le gérant de l’établissement. Depuis 3 ans, l’AWSR octroie ce label à tout type d’évènement festif qui prend des initiatives spécifiques pour un retour à domicile sans risque. Une quarantaine d’événements ou d’établissements sont labellisés cette année. Parmi ceux-ci, on retrouve, des festivals, des soirées estudiantines et autres festivités. Aujourd’hui, l’AWSR souhaite déployer le label dans les discothèques et bars.

Collaboration avec Quality Nights

Le label Quality Nights a été créé par l’asbl Modus Vivendi il y a déjà 10 ans. Il est attribué aux lieux de fête qui mettent en place des services utiles à la santé de leur public : mise à disposition de bouchons d’oreille, de préservatifs, d’eau gratuite, d’information ou de solutions de transport, etc. Les lieux labellisés doivent respecter une série de critères, certains facultatifs et d’autres obligatoires, dont par exemple un critère « retour à domicile ». Pour que l’aide soit effective, l’équipe de l’ASBL vérifie le respect de ce critère avant d’attribuer le label. Ce label de la fête rassemble aujourd’hui plus de 70 établissements et évènements festifs partout en Belgique, dont 18 bars/clubs en Wallonie répartis à Namur, Liège, Mons, Luxembourg et Charleroi. Ce label se répand à l’étranger, notamment en France, à Lille.

L’AWSR et Modus Vivendi ont décidé d’associer le label Backsafe au label Quality Nights afin de renforcer le critère retour à domicile dans les clubs et les bars. Concrètement, le critère « retour à domicile » prévu dans le label Quality Nights devient le critère « Backsafe ». Les 18 lieux labellisés Quality Nights en Wallonie mettront en place des initiatives concrètes pour assurer le retour à domicile de leurs clients sur base de ce qui est proposé par le label BackSafe.

11 juin 2018

Alerte précoce: Comprimés d’ecstasy fortement concentrés en MDMA

Dans le cadre du système d’Alerte Précoce (Early Warning System – EWS), l’Institut Scientifique de Santé Publique (Sciensano) nous a informés de l’identification de trois comprimés d’ecstasy fortement dosés en MDMA. Les pilules « B » et « Pharaon » ont été identifiées dans le cadre du service de testing de l’asbl Modus Vivendi, proposé à Bruxelles au lieu d’accueil Modus Fiesta.

Vu la concentration élevée de ces comprimés, il existe un risque de complications graves (hyperthermie, déshydratation, convulsions, coma) voire de décès par overdose.

Il ne s’agit probablement pas des seules pilules fortement dosées qui circulent actuellement, car les logos et couleurs changent constamment, soyez donc particulièrement attentifs aux conseils de Réduction des Risques qui suivent :

  1. Si vous achetez des produits illégaux, ne le faites ni en rue ni en discothèque. Si malgré tout vous le faites, informez-vous auprès d’autres usagers sur les effets du produit et la fiabilité du revendeur.
  2. Si vous décidez de consommer une pilule, commencez par une petite quantité (¼ pilule) et attendez +/- une heure pour connaître l’effet. Si après une heure, vous ne sentez toujours pas les effets attendus, faites preuve de la plus grande prudence avant d’en reprendre surtout si vous avez consommé d’autre(s) produit(s) psychotrope(s).
  3. Evitez les mélanges, y compris avec l’alcool et évitez surtout de consommer simultanément des stimulants (ex : caféine, energy drinks, MDMA, cocaïne, speed, etc.). Consommer davantage de stimulants risquerait de provoquer un coup de chaleur, une hyperthermie, voire un coma.
  4. Pour éviter le « coup de chaleur », pensez à boire régulièrement de l’eau et à vous ménager des pauses.
  5. Entourez-vous de personnes de confiance, ne vous isolez pas. Lorsque vous sortez avec un groupe d’amis, veillez les uns sur les autres.
  6. A Bruxelles, vous pouvez faire tester vos produits (anonymement et gratuitement) à Modus Fiesta (rue Van Artevelde 130, à 1000 Bruxelles) tous les vendredis de 18h à 21h.

 Plus d’info: Infor-Drogues ou 02/227.52.52 

En cas de malaise: Contactez immédiatement les urgences : 112

Décrivez l’état de la personne comme suit : est-elle consciente ou non ? Respire-t-elle ou non ? Son cœur bat-il ou non ? Ne laissez pas la personne seule. Invitez-la à se reposer dans un endroit calme.

Pour plus d’informations concernant cette alerte, consultez l’alerte plus détaillée d’Eurotox.

7 mai 2018

Son amplifié à Bruxelles : Nouvelle réglementation

Depuis le 21 février 2018, une nouvelle réglementation fixant les conditions de diffusion du son amplifié est entrée en vigueur en Région de Bruxelles-Capitale.

L’Arrêté Royal s’adresse à tout établissement ouvert au public qui diffuse du son amplifié (permanent, temporaire, intérieur ou extérieur).

Dorénavant, ces établissements pourront diffuser du son amplifié tant qu’il ne dépasse pas un niveau maximum de 85 dB (A).

Au-delà de ce niveau, différentes mesures seront mises en place afin de prévenir des risques sanitaires.

Trois catégories de niveaux sonores

Catégorie 1 :  Niveau de 85 dB(A) calculé sur une durée de 15 minutes.

Condition : 

  • Afficher au sein de l’établissement et sur les tickets et affiches, les pictogrammes suivants :

          

Catégorie 2 : Niveau de 95 dB(A) et 110 dB(C) calculés sur une durée de 15 minutes.

Conditions :

  • Obligation d’informer le public sur les risques des niveaux sonores diffusés.
  • Afficher au sein de l’établissement et sur les tickets et affiches, les pictogrammes suivants :

          

  • Placer un afficheur qui indique en temps réel les niveaux sonores perçus dans l’établissement.

Catégorie 3 : Niveau de 100 dB(A) et 115 dB(C) calculés sur une durée de 60 minutes.

Conditions :

  • Obligation d’informer le public sur les risques des niveaux sonores diffusés.
  • Afficher au sein de l’établissement et sur les tickets et affiches, les pictogrammes suivants :

          

  • Mettre à disposition une zone de repos auditif visant 10% de la superficie totale accessible au public (maximum 85 dB(A))
  • Mettre à disposition des bouchons d’oreille.
  • Placer un afficheur qui indique en temps réel les niveaux sonores perçus dans l’établissement.
  • Désigner une personne de référence pour assurer le suivi du respect de la législation relative au son amplifié.

Pour les catégories 2 et 3, l’arrêté prévoit également :

  • Des mesures en niveau (C) qui évaluent la pression sonore importante dans les basses fréquences. L’utilisation des deux types de mesures (A) et (C) permettront une estimation plus précise des risques pour l’oreille.
  • Des enregistrements obligatoires du volume diffusé qui devront être conservés pour les établissements afin de pouvoir gérer des litiges éventuels.

Pour tous les niveaux sonores :

Si le son amplifié est diffusé après minuit (jusqu’à 7h du matin), l’exploitant doit disposer d’un permis d’environnement de classe 3, et le déclarer à l’administration communale.

 

Pour tout savoir dans les détails sur l’Arrêté « Son amplifié » à Bruxelles, rendez-vous le site Sonamplifie.brussels.

16 janvier 2018

Alerte précoce: Poudres de cocaïne et de kétamine contenant de l’atropine

Dans le cadre du système d’Alerte Précoce (Early Warning System – EWS), l’Institut Scientifique de Santé Publique (WIV-ISP) nous a informés de la circulation de poudres de cocaïne et de kétamine contenant de l’atropine aux Pays-Bas et dans la région d’Anvers. Il est possible que ces poudres circulent dans le reste de la Belgique.

L’atropine est un alcaloïde présent dans certaines plantes et qui est aussi utilisé en médecine à des doses infimes pour traiter certains problèmes cardiaques. A plus fortes doses, l’atropine peut provoquer une intoxication caractérisée par des symptômes tels que : agitation, dilatation des pupilles, peau sèche, rouge et « chaude », troubles de la vision, fièvre, panique, hallucinations visuelles et auditives, confusion mentale, épilepsie. Et dans les cas extrêmes : coma voire décès suite à des dysfonctionnements respiratoires et du rythme cardiaque.

Au vu des risques élevés de décès, toute suspicion d’une intoxication par de l’atropine nécessite la mise en œuvre rapide d’une aide médicale. Les échantillons de poudre contenant de l’atropine ne présentent aucune caractéristique permettant une identification à l’œil nu.

Quelques conseils de Réduction des Risques :

  1. Si vous achetez un produit psychoactif, ne le faites ni en rue ni en discothèque. Si malgré tout vous le faites, informez-vous auprès d’autres usagers sur les effets des pilules et la fiabilité du revendeur.
  2. Si vous décidez de consommer, commencez par une quantité largement inférieure à la dose habituelle et attendez +/- une heure pour voir les effets.
  3. Ne partagez pas votre matériel de sniff ou d’injection afin d’éviter les risques de transmission des hépatites.
  4. Mieux vaut ne pas consommer si vous souffrez de faiblesse cardiaque, d’hypertension, d’insuffisance rénale, de crises d’épilepsie, d’insuffisance respiratoire ou de diabète.
  5. Evitez les mélanges, y compris avec l’alcool et les médicaments. En effet, en cas de consommation d’autres produits, les effets peuvent soit se renforcer, soit s’opposer, risquant de se masquer et de vous faire croire que « rien » ne se passe, ce qui augmente très dangereusement le risque de surdoses.
  6. Pour éviter le coup de chaleur, buvez fréquemment de l’eau en petites quantités, rafraîchissez-vous (en prenant l’air, en vous aspergeant la nuque d’eau froide, etc.).
  7. Entourez-vous de personnes de confiance, ne vous isolez pas. Lorsque vous sortez avec un groupe d’amis, veillez les uns sur les autres.
  8. A Bruxelles, vous pouvez faire tester vos produits (anonymement et gratuitement) à Modus Fiesta (rue Van Artevelde 130, à 1000 Bruxelles) tous les vendredis de 18h30 à 21h30. modusvivendi-be.org


Plus d’info
: Infor-Drogues: 02/227.52.52 ou www.infor-drogues.be

En cas de malaise: Contactez immédiatement les urgences : 112

Décrivez l’état de la personne comme suit : est-elle consciente ou non ? Respire-t-elle ou non ? Son cœur bat-il ou non ? Ne laissez pas la personne seule. Invitez-la à se reposer dans un endroit calme.

Pour plus d’informations concernant cette alerte, consultez l’alerte plus détaillée d’Eurotox.

23 décembre 2017

10 conseils pour mieux profiter de vos fêtes !

1. L’usage d’alcool ou d’autres drogues n’est jamais sans risque

Les soirées les plus chouettes sont celles dont on ressort avec de beaux souvenirs ! Ces derniers mois, plusieurs alertes ont été diffusées concernant des produits psychotropes à haut risque, renseignez-vous ! N’oubliez pas que l’alcool, même s’il est légal, reste un produit psychotrope dont l’usage peut entraîner des complications. N’oubliez pas non plus que beaucoup d’événements affichent une tolérance zéro face aux produits illégaux.

2. Prenez du temps pour faire des pauses

Il est normal d’aimer faire la fête jusqu’au matin. Mais parfois, le corps et l’esprit ont besoin d’une pause pour profiter dans la durée de la programmation. N’hésitez pas à faire un break dans un endroit calme et aéré, à l’écart des stimulations visuelles et sonores. La plupart des fêtes se déroulent dans des endroits surchauffés. Danser déshydrate; l’alcool ainsi que d’autres stimulants amplifient cette déshydratation. Buvez de l’eau régulièrement en petites quantités !

3. Soyez gentils avec vos oreilles

A l’évidence, c’est pour profiter du son proposé par votre lieu festif préféré que vous partez danser toute la nuit. Mais pour que la musique reste un plaisir, il est important d’être attentif à vos oreilles. Si le bruit est tel qu’une personne située à 1 mètre de vous doit crier pour se faire comprendre, c’est que vous êtes dans un environnement à risque. Si elle doit vous crier dans l’oreille, il y a danger. Restez à distance des haut-parleurs, utilisez des bouchons d’oreille si nécessaire ! Si des sifflements, des bourdonnements ou une diminution de votre acuité auditive perdure au-delà de 12 heures après l’événement, consultez un ORL au plus vite.

4. Pensez vous-même, souciez-vous des autres

C’est en compagnie de ses amis qu’on passe les meilleurs moments. Mais ne vous laissez pas emporter par l’effet de groupe. Si vous ne vous sentez pas dans votre assiette, écoutez les signaux de votre corps afin de respecter votre rythme. A l’inverse, prenez soin les uns des autres afin de vous assurer que vos compagnons de fête passent eux-aussi un bon moment. Si nécessaire, donnez-vous des lieux de rendez-vous si le lieu est grand. Rentrez en groupe plutôt que seul(e) ! Contribuez à la fête tout en évidant les situations conflictuelles.

5. Trouvez votre rythme : dormez, mangez, sortez !

Vous n’êtes pas un robot ! Avant de sortir, faites en sorte d’avoir dormi suffisamment d’heures pour avoir vos batteries rechargées. Privilégiez des repas pas trop lourds mais suffisamment nourrissants pour tenir jusqu’au bout de la nuit. Vous tiendrez plus longtemps si vous avez fourni à votre corps les ressources nécessaires.

6. Ne repoussez pas vos limites ; soyez responsables

Vos amis et votre famille tiennent à vous. Définissez à l’avance vos limites de consommations mais aussi de budget pour la soirée. Il vaut mieux « un rien pas assez » que « trop tard, c’est trop ». Faites en sorte de rester dans les limites de votre corps afin que la fête reste un plaisir.

7. Anticipez les circonstances climatiques

Averses belges ? Pluie verglaçante ? Chutes de neige ? Soyez attentifs aux conditions climatiques annoncées. Cela vous permettra de prévoir des vêtements suffisamment chauds mais aussi de mieux organiser vos déplacements vers et de retour de votre sortie.

8. Safe sexe, toujours !

Emportez toujours avec vous des préservatifs ! N’oubliez pas d’en vérifier la date de péremption. Faites attention de ne pas déchirer le préservatif en le sortant de l’emballage. Un préservatif bien enfilé, plaisir assuré ! Le lubrifiant permet d’améliorer les sensations durant le rapport, diminue le risque de rupture du préservatif et l’irritation des muqueuses ! Un test de dépistage est toujours utile : beaucoup d’infections sexuellement transmissibles sont asymptomatiques.

9. Les 1ers secours sont vos amis

En cas de malaise, de blessure, de constat d’incident,… Contactez le 112 (le numéro d’urgence). Même si vous ou un de vos amis avez consommé une drogue, il est important de communiquer tout ce que vous savez pour qu’une aide appropriée puisse vous être apportée. Les secouristes sont tenus au secret médical.

10. Pas de conduite sous influence

Si vous avez consommé de l’alcool ou d’autres drogues, ne conduisez pas de véhicule (vélo y compris !). Vous pourriez représenter un danger pour vous-même ou pour les autres. Dans l’idéal, prévoyez des moyens alternatifs à la voiture pour rentrer (numéros de taxi, horaires des premiers bus/trains/trams/métros !).

 

1 décembre 2017

Alerte précoce Pilules d’Ecstasy (XTC) fortement concentrées en MDMA

Identification de six comprimés d’ecstasy fortement dosées en MDMA, dont deux contiennent plus de 200mg de MDMA.

Il s’agit d’une pilule « Tomorrowland » mauve de forme arrondie, d’une « Minion » rose de forme rectangle, d’une « Flügel » bleu de forme rectangle, d’une « Chouette » orange en forme de chouette, d’une « Dove » rose de forme ovale et d’une « EA7 » rouge en forme de bouclier.

Vu la concentration élevée en MDMA de ces comprimés, il existe un risque de complications graves (hyperthermie, déshydratation, convulsions, coma), voire de décès par overdose. Pour limiter les risques, il est généralement recommandé de ne pas consommer plus de 1,5mg de MDMA/kg de masse corporelle.

Il ne s’agit probablement pas des seules pilules fortement dosées qui circulent actuellement, car les logos et couleurs changent constamment, soyez donc particulièrement attentifs aux conseils de Réduction des Risques qui suivent :

1. Si vous achetez des produits illégaux, ne le faites ni en rue ni en discothèque. Si malgré tout vous le faites, informezvous auprès d’autres usagers sur les effets du produit et la fiabilité du revendeur.

2. Si vous décidez de consommer une pilule, commencez par une petite quantité (¼ ou ½ pilule) et attendez +/- une heure pour connaître l’effet. Si après une heure, vous ne sentez toujours pas les effets attendus, faites preuve de la plus grande prudence avant d’en reprendre surtout si vous avez consommé d’autre(s) produit(s) psychotrope(s).

3. Evitez les mélanges, y compris avec l’alcool et évitez surtout de consommer simultanément des stimulants (ex : caféine, energy drinks, MDMA, cocaïne, speed, etc.). Consommer davantage de stimulants risquerait de provoquer un coup de chaleur, une hyperthermie, voire un coma.

4. Pour éviter le « coup de chaleur », pensez à boire régulièrement de l’eau et à vous ménager des pauses.

5. Entourez-vous de personnes de confiance, ne vous isolez pas. Lorsque vous sortez avec un groupe d’amis, veillez les uns sur les autres.

6. A Bruxelles, vous pouvez faire tester vos produits (anonymement et gratuitement) à Modus Fiesta (rue Van Artevelde 130, à 1000 Bruxelles) tous les vendredis de 18h à 21h.

Pour plus d’informations concernant cette alerte, consultez l’alerte plus détaillée d’Eurotox.

25 octobre 2017

QUALITY NIGHTS 10 YEARS BIRTHDAY

10 jours de fête pour notre anniversaire!

QUALITY NIGHTS 10 YEARS BIRTHDAY

10 jours de fête pour les 10 ans du label de bien-être en milieu festif.

L’occasion, pendant 10 jours, de se retrouver lors d’événements de qualité dans toute la Belgique.

Du 24 novembre au 3 décembre, les lieux festifs labellisés Quality Nights mettent à l’honneur le label au cours d’un événement : Quality Nigths 10 Years Birthday.

Retrouvez ci-dessous les premiers noms:

24/11: Globalicious @ La Tricoterie
24/11: Strictly Jungle presents Aphrodite @ Recyclart
25/11: Blondy Brownie album release @ Botanique      !! Déplacé/reporté !!
25/11: Party Harders Night @ Rockerill
25/11: Grauss Boutique + Rince-Doigt + Endless Dive + DPNM @ Belvédère

26/11: DBFC @ Botanique
26/11: Stick To Your Guns + Being As An Ocean @ Ancienne Belgique

27/11: Zola Jesus + Devon Welsh @Beursschouwburg
27/11: Student Musician @ Le Courant d’air
30/11: Niveau 4 @ Ancienne Belgique 

1/12: Lydia Lunch + Retrovirus + Shoeshine + Crites @ Magasin 4
1/12: DJ ARNO (Cosmix) @MandaBar
2/12: Tremplin Durbuy Rock: Yata + Ocean Encounters + Critical Case + Coalition + Psykup @ L’Entrepôt
2/12: Headhunterz – The Legend Is Back @ Cap’tain
2/12: Trébuchet Birthday @ Le Trébuchet
and more to come..

 

Quality Nights est un label de bien-être en milieu festif qui regroupe des clubs, salles de concert, concepts de soirées et festivals. Ceux-ci prennent soin de leur public en mettant à leur disposition des moyens pour réduire les risques qu’il peut prendre en milieu festif (risques auditifs, consommation, retour à domicile, accès à l’eau gratuite inexistant, relations sexuelles non protégées, etc.).

Créé en 2007 à Bruxelles par l’asbl Modus Vivendi, Quality Nights s’est développé en Wallonie à partir de 2009 et en Flandre dès 2012. Aujourd’hui, il réunit 17 lieux bruxellois et environ 70 établissements et évènements partout en Belgique (et dans le Nord de la France).

La volonté du label : s’inscrire dans la fête, interpeller sans moraliser. Le tout grâce à des collaborations étroites avec les organisateurs de soirées, les patrons de boîtes et leur personnel.
Le label garantit au public des normes de bien-être identiques dans tous les lieux participants. Ces services utiles à la santé sont mis à disposition en permanence.

Evénement Facebook

7 septembre 2017

Un décès suite à la consommation de 3-MeO-PCP et U-47700

Dans le cadre du système d’Alerte Précoce (Early Warning System – EWS), l’Institut Scientifique de Santé Publique (WIV-ISP) nous a informés de la survenue en Flandre du décès d’un jeune homme suite à la consommation de 3-MeO-PCP et de U-47700. La victime n’était pas connue pour être un consommateur régulier de drogues et a acheté ces substances par Internet.

  • Le 3-MeO-PCP est un anesthésiste dissociatif dérivé de la phencyclidine (PCP), qui a à la fois des propriétés dissociatives et stimulantes. Ce produit a été synthétisé il y a plusieurs décennies dans un contexte de recherche et est réapparu récemment sur Internet sur le marché de drogues légales (legal high, research chemicals). Il est actuellement interdit en Belgique ainsi que dans de nombreux pays européens, et a causé plusieurs décès (en Belgique en juin 2017 et en Suède).
    Ce produit se présente le plus souvent sous forme de poudre, mais peut aussi parfois entrer dans la composition de pilules d’ecstasy. Il est connu pour induire un épisode maniaque voire psychotique à partir de 25 mg et peut causer la mort à plus forte dose.
  • Le U-47700 est un opioïde de synthèse environ 10 fois plus puissant que la morphine. Les usagers rapportent des effets similaires à ceux de l’héroïne, mais de plus courte durée, avec des doses de quelques milligrammes. Cette substance a déjà été impliquée dans deux décès en Belgique en janvier 2016 et mai 2017.

Lorsqu’ils sont consommés en quantité excessive ou en combinaison avec d’autres dépresseurs (héroïne, alcool, benzodiazépines, etc.) les opioïdes de synthèse peuvent provoquer une dépression respiratoire pouvant conduire au décès de l’usager. L’administration de naloxone est le seul antidote efficace en cas d’overdose.

Vous trouverez le détail de cette alerte et des conseils de réduction des risques en cliquant ici.

3 août 2017

Esperanzah! à nouveau labellisé Quality Nights!

Depuis de nombreuses années, Esperanzah! met tout en place pour offrir un moment inoubliable à ses visiteurs. Non seulement musicalement mais aussi en termes de santé et de sécurité. Cette année encore, grâce au label Quality Nights, le festival offre de nombreux services préventifs à son public.

(suite…)