26 juin 2017

Identification de pilules d’Ecstasy (XTC) fortement concentrées en MDMA et contenant du 2C-B

L’Institut Scientifique de Santé Publique a identifié un comprimé contenant du 2C-B et six comprimés d’ecstasy fortement dosés en MDMA, dont quatre contiennent plus de 200 mg de MDMA.

Il s’agit d’une pilule « FC Barcelona » mauve clair en forme de bouclier, d’une « Superman » vert clair en forme de pentagone, d’une « Dom Perignon » gris en forme de bouclier, d’une « 2K » gris de forme carrée, d’une « Emporio Armani » rouge en forme de bouclier, d’une « Cerise » rose de forme ovale et d’une «Pile/Boutons volume » bleu clair (2C-B) en forme de huit.

Il ne s’agit probablement pas des seules pilules fortement dosées qui circulent actuellement, car les logos et couleurs changent constamment. La prudence est donc de rigueur en raison du risque de surdose.

Vous trouverez le détail de cette alerte et des conseils de réduction des risques en cliquant ici.

28 avril 2017

Quality Nights Bar : lancement du label de bien-être en milieu festif dans 8 bars en Wallonie

Le 28 avril 2017

Quality Nights (QN), label de bien-être en milieu festif, qui s’adressait jusqu’à présent aux boîtes de nuits, vise aujourd’hui également les bars musicaux et cafés dansants. En cette fin avril 2017, 8 bars décrochent le Quality Nights Bar en Wallonie: le MandaBar dans la région du Luxembourg ; l’Orange Givrée, la Cour St-Jean, le Bonnet d’Âne, l’Ecole du Carré, le Saloon, le Celtic et l’Embuscade à Liège.

Le label

Quality Nights est un label de bien-être en milieu festif qui regroupe des discothèques, salles de concert, concepts de soirées et festivals. Ceux-ci prennent soin de leur public en mettant à leur disposition des moyens pour réduire les risques qu’il peut prendre en milieu festif (risques auditifs, consommation d’alcool ou autres drogues, retour à domicile, relations sexuelles non protégées, etc.). Né en 2007 à Bruxelles, Quality Nights s’est développé en Wallonie à partir de 2009 et s’est étendu en Flandre dès 2012. Aujourd’hui, il rassemble 70 établissements et évènements partout en Belgique.

Le label Quality Nights garantit au public des normes de bien-être identiques dans tous les lieux participants. Grâce à la participation des responsables de lieux de fête et de leur personnel, ces services utiles à la santé sont mis à disposition de façon permanente :

• eau gratuite sur demande,
• bouchons d’oreille,
• préservatifs,
• diffusion d’information sur la santé et d’alertes en cas de circulation de produits psychotropes particulièrement dangereux,
• moyens alternatifs de retour à domicile.

Dans le cadre de ce projet, le personnel des lieux festifs labellisés participe également à une formation qui vise à cerner les risques de santé liés à la fête et à identifier les moyens de les résoudre.

 

 

2017 : lancement du Quality Nights Bar

Aujourd’hui, Quality Nights se lance dans un nouveau label de qualité : le Quality Nights Bar, qui transpose à de plus petites structures les différents critères mis en place par le projet.
Ces espaces festifs s’adaptent mieux au contexte de crise et, dans certaines régions, remplacent petit à petit les discothèques qui fleurissaient fin des années nonante et qui depuis lors ont fermé leurs portes. Beaucoup de bars se transforment désormais régulièrement en petites salles de concerts ou discothèques le weekend. Il était donc cohérent de les impliquer dans le projet, et de leur permettre de mettre en place les services de santé précités.
En adhérant à Quality Nights Bar, les gérants de cafés montrent qu’ils se préoccupent également du bien-être de leur public en proposant des solutions concrètes pour diminuer les risques liés à la fête: les services mis en place sont exactement les mêmes que ceux développés pour les membres ‘classiques’ du label. Cependant, un service facultatif supplémentaire a été développé : le café s’engage à mettre en place un maximum de mesures concrètes permettant la diminution des nuisances sonores pour les riverains. En effet, à la différence de certaines boites de nuit et salles de concerts, ces lieux sont souvent situés dans un environnement plus résidentiel, avec les conséquences parfois complexes à gérer pour le voisinage.

22 décembre 2016

10 conseils pour mieux profiter de vos fêtes !

1. L’usage d’alcool ou d’autres drogues n’est jamais sans risque

Les soirées les plus chouettes sont celles dont on ressort avec de beaux souvenirs ! Ces derniers mois, plusieurs alertes ont été diffusées concernant des produits psychotropes à haut risque, renseignez-vous ! N’oubliez pas que l’alcool, même s’il est légal, reste un produit psychotrope dont l’usage peut entraîner des complications. N’oubliez pas non plus que beaucoup d’événements affichent une tolérance zéro face aux produits illégaux.

2. Prenez du temps pour faire des pauses

Il est normal d’aimer faire la fête jusqu’au matin. Mais parfois, le corps et l’esprit ont besoin d’une pause pour profiter dans la durée de la programmation. N’hésitez pas à faire un break dans un endroit calme et aéré, à l’écart des stimulations visuelles et sonores. La plupart des fêtes se déroulent dans des endroits surchauffés. Danser déshydrate; l’alcool ainsi que d’autres stimulants amplifient cette déshydratation. Buvez de l’eau régulièrement en petites quantités !

3. Soyez gentils avec vos oreilles

A l’évidence, c’est pour profiter du son proposé par votre lieu festif préféré que vous partez danser toute la nuit. Mais pour que la musique reste un plaisir, il est important d’être attentif à vos oreilles. Si le bruit est tel qu’une personne située à 1 mètre de vous doit crier pour se faire comprendre, c’est que vous êtes dans un environnement à risque. Si elle doit vous crier dans l’oreille, il y a danger. Restez à distance des haut-parleurs, utilisez des bouchons d’oreille si nécessaire ! Si des sifflements, des bourdonnements ou une diminution de votre acuité auditive perdurent au-delà de 12 heures après l’événement, consultez un ORL au plus vite.

4. Pensez vous-même, souciez-vous des autres

C’est en compagnie de ses amis qu’on passe les meilleurs moments. Mais ne vous laissez pas emporter par l’effet de groupe. Si vous ne vous sentez pas dans votre assiette, écoutez les signaux de votre corps afin de respecter votre rythme. A l’inverse, prenez soin les uns des autres afin de vous assurer que vos compagnons de fête passent eux-aussi un bon moment. Si nécessaire, donnez-vous des lieux de rendez-vous si le lieu est grand. Rentrez en groupe plutôt que seul(e) ! Contribuez à la fête tout en évidant les situations conflictuelles.

5. Trouvez votre rythme : dormez, mangez, sortez !

Vous n’êtes pas un robot ! Avant de sortir, faites en sorte d’avoir dormi suffisamment d’heures pour avoir vos batteries rechargées. Privilégiez des repas pas trop lourds mais suffisamment nourrissants pour tenir jusqu’au bout de la nuit. Vous tiendrez plus longtemps si vous avez fourni à votre corps les ressources nécessaires.

6. Ne repoussez pas vos limites ; soyez responsables

Vos amis et votre famille tiennent à vous. Définissez à l’avance vos limites de consommations mais aussi de budget pour la soirée. Il vaut mieux « un rien pas assez » que « trop tard, c’est trop ». Faites en sorte de rester dans les limites de votre corps afin que la fête reste un plaisir.

7. Anticipez les circonstances climatiques

Averses belges ? Pluie verglaçante ? Chutes de neige ? Soyez attentifs aux conditions climatiques annoncées. Cela vous permettra de prévoir des vêtements suffisamment chauds mais aussi de mieux organiser vos déplacements vers et de retour de votre sortie.

8. Safe sexe, toujours !

Emportez toujours avec vous des préservatifs ! N’oubliez pas d’en vérifier la date de péremption. Faites attention de ne pas déchirer le préservatif en le sortant de l’emballage. Un préservatif bien enfilé, plaisir assuré ! Le lubrifiant permet d’améliorer les sensations durant le rapport, diminue le risque de rupture du préservatif et l’irritation des muqueuses ! Un test de dépistage est toujours utile : beaucoup d’infections sexuellement transmissibles sont asymptomatiques.

9. Les 1ers secours sont vos amis

En cas de malaise, de blessure, de constat d’incident,… Contactez le 112 (le numéro d’urgence). Même si vous ou un de vos amis avez consommé une drogue, il est important de communiquer tout ce que vous savez pour qu’une aide appropriée puisse vous être apportée. Les secouristes sont tenus au secret médical.

10. Pas de conduite sous influence

Si vous avez consommé de l’alcool ou d’autres drogues, ne conduisez pas de véhicule (vélo y compris !). Vous pourriez représenter un danger pour vous-même ou pour les autres. Dans l’idéal, prévoyez des moyens alternatifs à la voiture pour rentrer (numéros de taxi, horaires des premiers bus/trains/trams/métros !).

A lire, à retenir et à appliquer vigoureusement !

 

13 décembre 2016

Identification de nouveaux comprimés d’ecstasy fortement concentrés en MDMA Risque de surdose

Dans le cadre du système d’Alerte Précoce, l’Institut Scientifique de Santé Publique (WIV-ISP) nous a informés de l’identification de nombreux comprimés d’ecstasy fortement dosés en MDMA. Ces pilules ont majoritairement été analysées dans le cadre de recherches réalisées par le WIV-ISP et ses partenaires sur base de produits circulants dans les festivals cet été. Les deux premières pilules (« Tomorrowland » mauve et « ACAB ») ont été analysées début décembre dans le cadre du service de testing de l’asbl Modus Vivendi, proposé à Bruxelles au lieu d’accueil Modus Fiesta.

Il ne s’agit probablement pas des seules pilules fortement dosées qui circulent actuellement, car les logos et couleurs changent constamment. La prudence est donc de rigueur en raison du risque de surdose.

Vous trouverez le détail de cette alerte et des conseils de réduction des risques en cliquant ici.

3 novembre 2016

Quality Nights recherche des ambassadeurs!

Dans les clubs, salles de concerts et soirées labellisés, Quality Nights contribue au bon déroulement de la fête par la mise à disposition d’infos et outils utiles à la santé (bouchons d’oreille, préservatifs, eau gratuite, etc.)

Deviens ambassadeur Quality Nights dans l’un ou plusieurs de ces lieux festifs et bénéficie d’avantages lors de leurs événements (entrées gratuites, boissons…)

Rejoins-nous et on t’explique:

Date: le mardi 22 novembre à 15h à Bruxelles
Infos et inscription: elodie.dr@modusvivendi-be.org ou 02/644.22.00

31 octobre 2016

Identification de nouveaux comprimés d’ecstasy fortement dosés en MDMA et en PMMA et d’un buvard contenant du 25C-NBOME

Dans le cadre du système d’Alerte Précoce, l’Institut Scientifique de Santé Publique nous a informés de l’identification d’un nouveau comprimé d’ecstasy fortement dosé en MDMA ainsi que d’un buvard supposé de « LSD » mais contenant du 25C-NBOMe.

Ces échantillons ont été identifiés grâce au service de testing de l’asbl Modus Vivendi, proposé à Bruxelles au lieu d’accueil Modus Fiesta.

Des pilules d’ecstasy avec un logo Superman contenant des doses de PMMA potentiellement mortelles sont également en circulation aux Pays-Bas ainsi qu’en Espagne.

Vous trouverez le détail de cette alerte et des conseils de réduction des risques en cliquant ici.

1 septembre 2016

Identification de nouveaux comprimés fortement dosés en MDMA

Dans le cadre du système d’Alerte Précoce, l’Institut Scientifique de Santé Publique nous a informés de l’identification de quatre nouveaux comprimés d’ecstasy fortement dosés en MDMA, dont l’un contient plus de 200 mg de MDMA.

Ces pilules ont été identifiées grâce au service de testing de l’asbl Modus Vivendi, proposé à Bruxelles au lieu d’accueil Modus Fiesta.

Vous trouverez le détail de cette alerte et des conseils de réduction des risques en cliquant ici.

Enregistrer

29 juillet 2016

Ta check-list pour bien préparer ton festival

Partir en festival nécessite un minimum d’organisation afin de s’assurer de bénéficier d’un confort optimal pour profiter un maximum de la programmation et de l’ambiance.

Si tu comptes rester plusieurs jours en profitant du camping, voici une check-list de ce qu’il ne faut pas oublier !

(suite…)

Esperanzah! intègre le label Quality Nights

Depuis de nombreuses années, Esperanzah! met tout en place pour offrir un moment inoubliable à ses visiteurs. Non seulement musicalement mais aussi en termes de santé et de sécurité. Le festival va encore plus loin cette année en intégrant le label Quality Nights. En fournissant des services préventifs, il s’agit de rendre chaque fêtard acteur de sa propre santé et de celle de ses amis.

(suite…)

Qu’est-ce que le testing (ou analyse de produits psychotropes) ?

En plus des nombreux services Quality Nights proposés à l’ensemble des festivaliers, les organisateurs du festival Esperanzah! ont choisi d’accorder leur confiance à Modus Vivendi, ses partenaires et des volontaires pour mettre en place un dispositif adapté à la réalité de l’usage de produits psychotropes légaux et/ou illégaux par des festivaliers. Suite à un ancien article publié dans le journal « La Meuse » (voir sa version courte, en ligne), Modus Vivendi tient à clarifier l’ensemble de la démarche ainsi que ses objectifs :

(suite…)

Pourquoi boire de l’eau est essentiel en festival ?

Le corps est composé de 60 à 70 % d’eau. Avec l’oxygène, l’eau est l’un des éléments le plus important pour le corps. L’eau est essentielle à la régulation thermique. Pour profiter un maximum de ton festival et tenir sur la longueur, il est essentiel de s’hydrater.

Qu’est-ce qui facilite la déshydratation en milieu festif ?

  • Danser, bouger, faire la fête… Ces activités ont tendance à augmenter la température du corps. Pour éviter la surchauffe, le corps essayera de diminuer cette température en transpirant et éliminera donc beaucoup d’eau.
  • Le processus de rafraîchissement du corps ne sera pas facilité s’il se passe dans un endroit surpeuplé et surchauffé. Dans les chapiteaux des festivals, la température peut monter jusqu’à plus de 40 degrés !
  • L’alcool est un diurétique qui inhibe la réabsorption de l’eau par les reins et augmente son élimination : on urine beaucoup et on ne réintègre que peu du liquide nécessaire au bon fonctionnement du corps. Continuer à boire de l’alcool augmentera la soif et la déshydratation.
  • Certains produits psychoactifs comme les amphétamines (speed, ecstasy, MDMA,…) et la cocaïne ont tendance à augmenter encore la température du corps et à masquer les signes de la soif et de la fatigue.

Quels sont les risques de la déshydratation ?

En cas de déshydratation légère, on risque surtout la crampe, des douleurs dans le dos et la nuque, un manque d’énergie, la bouche sèche et le mal de crâne.

En cas de déshydratation sévère, on transpire de moins en moins et la température du corps augmente jusqu’au « coup de chaleur » qui peut se traduire par des convulsions, un coma, une détresse respiratoire et s’accompagner d’un épuisement ou d’un accident cardiaque parfois mortel.

Soyez attentifs aux signes tels qu’urines foncées, fatigue soudaine, maux de tête ou douleurs musculaires. En cas d’arrêt de la transpiration ou de crampes brûlantes, il est plus que temps d’agir et d’aller à la Croix Rouge.

Quelques conseils :

  • Pense à boire de l’eau régulièrement, en petites quantités.
  • Profite de ton passage à proximité d’un point d’eau pour boire quelques gorgées.
  • Beaucoup de boissons désaltèrent (coupent la sensation de soif) sans pour autant hydrater ton corps. Seule l’eau reste une valeur sûre !
  • N’hésite pas à faire des pauses dans un endroit calme et aéré.
  • Prévois dans ta tente ou sur le campement avec tes amis une petite réserve d’eau. En cas de gueule de bois, il est pénible de parcourir les longues distances qui peuvent te séparer des points d’eau.
  • Profite des moments où la plupart des festivaliers sont sur le site des concerts pour constituer tes réserves d’eau.

Des accès à de l’eau potable et gratuite sont prévus sur le site des concerts (fontaines d’eau à tous les bars du festival) et sur les deux campings d’Esperanzah! grâce à la Société Wallonne des Eaux.

Pourquoi les risques auditifs sont-ils plus importants en festival ?

L’écoute de musiques amplifiées peut induire des dommages irréversibles pour l’oreille. En festival, ces risques sont accrus par plusieurs facteurs : doses de son accumulées durant plusieurs jours, manque de repos pour l’oreille, distance variable entre le public et les haut-parleurs,…

Faire la fête, écouter la musique, danser, se noyer dans la foule : cela fait partie de nos plaisirs festivaliers. Mais s’exposer à des doses importantes de musiques amplifiées comporte des risques sérieux pour la santé. Il existe des moyens faciles pour les réduire ses risques.

Dès 85 dB, on franchit le seuil de risque pour l’oreille. Pour savoir si vous êtes dans un environnement à risque, il suffit de tenter l’expérience suivante : si le bruit ambiant est tel qu’une personne située à 1 mètre de vous doit crier pour se faire comprendre, c’est que vous êtes dans un environnement à risque. Si elle doit vous crier dans l’oreille, il y a danger.

En festival :

  • on s’expose à une grande quantité de son (jusqu’à 16 heures par jour !)
  • on cumule plusieurs jours d’exposition (jusqu’à 5 jours pour les plus valeureux d’entre nous).
  • on oublie de faire des pauses entre les concerts (de 15 à 30 minutes suffisent).
  • on se retrouve parfois coincé par la foule à proximité des haut-parleurs.
  • même si l’on dort, notre oreille reste exposée aux bruits environnants du camping.

C’est une erreur de croire qu’on « s’habitue » au bruit, que le corps s’adapte progressivement à des volumes sonores élevés. En fait, on le tolère, on le supporte mais les effets sur la santé ne sont pas diminués : on est seulement moins vigilant par rapport à ce qu’on ressent.

Le problème avec l’oreille, c’est qu’une fois qu’elle a été endommagée, il est très rare de pouvoir y remédier. Voici une description des risques encourus. Nous vous encourageons à la plus grande vigilance.

  • Les acouphènes : la personne entend des bruits sans source extérieure objective. Beaucoup de gens ont déjà expérimenté de manière temporaire ces sifflements. Mais si les acouphènes s’installent, ils sont irréversibles et permanents.
  • L’hyperacousie : on perçoit comme forts ou douloureux des bruits perçus par les autres comme normaux ou faibles.
  • La surdité : réduction soudaine, complète ou partielle, de l’audition d’une oreille (ou plus rarement des deux).

Comment protéger vos oreilles ?

  • Utiliser des protections auditives. Les bouchons d’oreille réduisent les risques mais ne vous en protègent pas totalement. Vous en trouverez sur plusieurs stands durant le festival.
  • S’accorder des moments de calme: une pause de 10 minutes tous les ¾ d’heure ou de 30 minutes toutes les deux heures.
  • Rester à distance de la source sonore : ne vous collez pas aux enceintes !
  • Tenir compte de son état de fatigue: plus vous avez accumulé une forte dose de son, plus vos oreilles sont fragiles.
  • Tenir compte de sa consommation : la plupart des psychotropes comme l’alcool, la cocaïne et certains médicaments atténuent la sensation de douleur et vous rendent moins vigilant.

Que faire en cas de problème ?

Si vous entendez des bourdonnements ou des sifflements, si vous avez une perte d’audition totale ou même partielle, consultez immédiatement un ORL. Un traitement rapide peut vous éviter des troubles irréversibles.

A Esperanzah!, des bouchons d’oreille sont disponibles gratuitement aux stands de prévention sur le site des concerts et le camping festif.

Des casques de protection auditive sont également disponibles au point info grâce à la Mutualité Chrétienne.

Cet article est inspiré de la brochure « Décibels : protégez vos oreilles » disponible sur les stands de Safer Fiesta (site des concerts et camping).

28 juillet 2016

10 conseils pour mieux profiter de ton festival

Trucs & astuces pour tenir jusqu’au bout !

  1. L’usage d’alcool ou d’autres drogues n’est jamais sans risque

Les festivals les plus chouettes sont ceux dont on ressort avec de beaux souvenirs ! Profites-en un max mais tente de respecter ton corps.

L’alcool, même s’il est légal pour les plus de 16 ans, reste un produit psychotrope dont l’usage peut entraîner des complications dont la première est de gâcher ton festival et celui de tes potes en cas de surconsommation.

N’oublie pas que tout le monde n’est pas égal face aux produits psychotropes. Les effets dépendent de nombreux facteurs : le(s) produit(s) consommé(s) mais aussi la quantité, ton poids, ton état de fatigue, ton état d’esprit, l’habitude de consommation, l’ambiance etc.

S’informer ne nuit pas à la santé ! La plupart des festivals proposent des stands d’information neutre et objective sur l’alcool et autres produits psychotropes. Tu y trouveras du matériel gratuit et des conseils pratiques. Tu y apprendras par exemple qu’il vaut mieux éviter les mélanges (y compris avec l’alcool ou les médicaments) et que ces derniers mois, plusieurs alertes ont été diffusées concernant la circulation de drogues particulièrement dangereuses. Respecte ton rythme et renseigne-toi sur ce que tu t’apprêtes à consommer.

L’alcool et la consommation d’autres produits psychotropes n’est pas une condition obligatoire pour une fête réussie. N’oublie pas non plus que beaucoup d’événements affichent une tolérance zéro face aux produits illégaux.

2. Prends du temps pour faire des pauses

Il est normal d’aimer faire la fête jusqu’au petit matin, parfois même au-delà ! Mais parfois, le corps et l’esprit ont besoin d’une pause pour profiter dans la durée de la programmation. N’hésite pas à faire de temps en temps un break dans un endroit calme et aéré à l’écart des stimulations visuelles et sonores et prévois un programme où il te reste du temps pour dormir.

Pour protéger tes oreilles des excès de son, on conseille généralement une pause de 10 minutes tous les ¾ d’heure ou de 30 minutes toutes les deux heures.

N’oublie pas que danser déshydrate et que l’alcool et les autres stimulants amplifient cette déshydratation. Bois donc de l’eau régulièrement et en petites quantités ! Pense également à manger régulièrement pour donner à ton corps les ressources dont il a besoin.

3. Soigne tes oreilles avant qu’elles ne tombent

A l’évidence, c’est pour profiter du bon son proposé par le festival que tu pars danser durant plusieurs jours et nuits. Mais pour que la musique reste un plaisir, il est important d’être attentif à tes oreilles. Si le bruit est tel qu’une personne située à 1 mètre de toi doit crier pour se faire comprendre, c’est que tu es dans un environnement à risque. Si elle doit te crier dans l’oreille, il y a danger. Reste à distance des haut-parleurs et utilise des bouchons d’oreille si nécessaire. Des stands en proposent gratuitement. Attention : les bouchons d’oreille réduisent les risques mais ne te protègent pas totalement ! Si des sifflements, des bourdonnements ou une diminution de ton audition perdurent au-delà de 12 heures après l’événement, consulte un ORL au plus vite.

4. Pense toi-même, soucie-toi des autres

C’est en compagnie de ses amis qu’on passe les meilleurs moments. La foule amplifie encore plus le plaisir de s’éclater. Mais ne te laisse pas emporter par l’effet de groupe. Si tu ne te sens pas dans ton assiette, écoute les signaux de ton corps afin de respecter ton rythme.

Assure-toi que tes compagnons de fête passent eux-aussi un bon moment. Surtout s’il y a eu consommation d’alcool ou d’autres produits psychotropes, check que tes potes ne fassent rien qu’ils puissent regretter le lendemain. Si nécessaire, donnez-vous des lieux et heures de rendez-vous. Rentrez en groupe plutôt que seul(e)  et contribuez à la fête tout en évitant les situations conflictuelles.

5. Trouve ton rythme : dors, mange puis défoule-toi !

Tu n’es pas un robot ! Avant de te relancer sur le site des concerts, fais en sorte d’avoir dormi suffisamment d’heures pour avoir les batteries rechargées. Privilégie des repas pas trop lourds mais suffisamment nourrissants pour tenir jusqu’au bout de la nuit. Au réveil, mange quelques fruits si possible. Pense à boire de l’eau régulièrement en petites quantités (max ½ l. à la fois). Tu tiendras plus longtemps si tu as fourni à ton corps les ressources nécessaires. Si tu accumules trop de fatigue, même avec beaucoup de volonté, ton corps et ton humeur risquent de t’empêcher de profiter du concert tant attendu.

6. Ne repousse pas tes limites ; sois responsable

Tes amis et ta famille tiennent à toi. Définis à l’avance tes limites de consommation et aussi de budget pour le festival dans son ensemble et par jour pour te donner des repères. Il vaut mieux « un rien pas assez » que « trop tard, c’est trop ». Il serait bête de ruiner ton festival ainsi que celui de tes potes.

Si tu fais des rencontres, si tu t’absentes longtemps, envoie un sms à tes potes pour leur dire que tu vas bien. Fais en sorte de rester dans les limites acceptables pour ton corps afin que la fête reste un plaisir.

7. Anticipe les circonstances climatiques

Bienvenue en Belgique, le pays où on peut vivre parfois les quatre saisons en une seule journée. Averses belges ? Grêle ? Orages ? Nuits glacées ? Canicule ? Soleil de plomb ? Sois attentif aux conditions climatiques annoncées avant de partir au festival. Cela te permettra de prévoir des vêtements suffisamment chauds pour la nuit et des tenues décontractées le jour. Privilégie différentes couches à enfiler/enlever facilement. Rien de trop chaud ni de trop léger. Il est important de laisser respirer ton corps afin qu’il ne surchauffe pas. Sous le soleil exactement, n’oublie pas la crème solaire et le chapeau pour éviter les insolations (maux de tête, vomissements,…).

8. Safe sexe, toujours !

La fête facilite les rencontres mais la consommation de produits psychotropes diminue la vigilance. Avec un peu de chance, les corps se frôlent et on finit à deux ou plus dans une tente. Mais pour éviter la « sex clinic », emporte toujours avec toi des préservatifs (masculins ou féminins)! S’ils sont bien utilisés, les préservatifs te protégeront des infections sexuellement transmissibles actuellement en recrudescence dans notre pays. En plus, même si tu rencontres l’homme ou la femme de tes rêves, pas sûr que tu désires un « mini-moi » 9 mois plus tard.

Fais attention à ne pas déchirer le préservatif en le sortant de l’emballage. Check le mode d’emploi : préservatif bien enfilé, plaisir assuré ! Le lubrifiant permet d’améliorer les sensations durant le rapport, il diminue le risque de rupture du préservatif et l’irritation des muqueuses.

En cas de doute, un test de dépistage après l’été est toujours utile : beaucoup d’infections sexuellement transmissibles sont asymptomatiques. Profitez de votre festival sans regrets.

9. Les 1ers secours sont tes amis

En cas de malaise, de personne inconsciente, de blessure importante, de constat d’incident,… Contacte le 112 (le numéro d’urgence) ou demande conseil aux patrouilles de volontaires. La Croix-Rouge propose deux postes avancés : l’un sur le site des concerts, l’autre à l’entrée du camping B. N’hésite pas à t’y rendre même pour des blessures superficielles comme des ampoules aux pieds. Il serait dommage qu’un problème de santé s’amplifie et t’oblige à quitter le festival plus tôt que prévu.

La Relax Zone te propose également, à toi et tes amis, un accompagnement et un lieu calme où se reposer en cas de bad trip. Tu pourras y trouver un lieu zen où recharger tes batteries de manière anonyme et sans jugement. Les volontaires de la relax zone sont des pros qui ont des compétences complémentaires sur le plan relationnel et médical.

Les secouristes de la Croix-Rouge et le personnel de la Relax Zone sont tenus au secret professionnel.

10. Pas de conduite sous influence

Dans l’idéal, prévois des moyens alternatifs à la voiture pour rentrer : horaires des bus et trains, un pote ou quelqu’un de ta famille qui vient te chercher, voyage organisé, etc. Ceintures bouclées, Bob pourra aussi vous ramener tranquille après le festival ! Mais si tu comptes sur un Bob qui a passé plusieurs jours avec toi au festival, pense à lui faire la converse sur le chemin du retour pour le maintenir éveillé.

Si tu n’as pas de solution alternative à la voiture, pense à acheter deux éthylotests avant le festival : un pour vérifier ton taux d’alcoolémie avant de reprendre la route ; l’autre à utiliser quelques heures plus tard si le premier résultat est positif.

Si tu as consommé de l’alcool ou d’autres drogues, ne conduis pas de véhicule (vélo y compris !). Tu pourrais représenter un danger pour toi-même ou pour les autres. Il vaut mieux se reposer quelques heures que d’avoir un retrait de permis.

Une adaptation de Celebrate Safe (Unity) par le label Quality Nights (Modus Vivendi asbl)

Enregistrer

Qu’est-ce que la Relax Zone dans un festival ?

Besoin de la relaz zone ?

On trouve la Relax Zone sur le camping festif d’Esperanzah! Un peu mise à l’écart de la foule, les festivaliers se demandent souvent ce qu’il s’y fait : il s’agit d’un espace calme, gratuit, anonyme et ouvert 24h/24 où les festivaliers peuvent venir récupérer ou trouver du réconfort suite à une consommation d’alcool ou d’autres produits psychotropes. Focus sur un service santé proposé par Safer Fiesta, le dispositif de réduction des risques liés à la fête.

(suite…)

27 juin 2016

27/06/2016 : Identification de nouveaux comprimés d’ecstasy fortement concentrés en MDMA et contenant des NDS

 Dans le cadre du système d’Alerte Précoce (Early Warning System – EWS), l’Institut Scientifique de Santé Publique (WIV-ISP) nous a informés de l’identification en Flandre de deux nouveaux comprimés d’ecstasy présentant des risques pour la santé.

2016-27-06-Alerte-MDMA-et-DOB-2CBLe premier est fortement dosé en MDMA. Le second s’est avéré contenir deux nouvelles drogues de synthèse (DOB et 2-CB) aux effets hallucinogènes.

Pour plus d’informations concernant cette alerte, cliquez-ici.

La Cave aux poètes, le s-club et la Boucherie rejoignent le label Quality Nights

Les 18, 24 juin 2016 et le 1er juillet 2016, le label devient effectif pour le public dans 3 établissements festifs  bien connus de la région des Hauts-de-France : La Cave aux Poètes à Roubaix, le S-Club et la Boucherie à Lille.

L’extension du Label renforce, dans le nord de la France, l’association entre vie festive de qualité et réduction des risques liés à la santé. La diversité des lieux partenaires offre au Label une réelle plus-value et lui permet de toucher un public toujours plus grand.

Si la très grande majorité des fêtes se déroule sans encombre, les risques sont multiples: risques de déshydratation, liés à la musique amplifiée, aux maladies sexuellement transmissibles… Grâce aux responsables des lieux de fête et à leur personnel, des services utiles à la santé des fêtards sont garantis au sein des lieux Quality Nights : eau gratuite, personnel sensibilisé, diffusion de préservatifs, de bouchons d’oreille, d’informations de santé, alertes en cas de circulation de produits psychotropes à haut risque et éthylotests et informations sur les alternatives à la reprise du véhicule.

Les soirées de lancement se dérouleront :

  • Le samedi 18 juin 2016 à partir de 18h à la Cave aux Poètes, 16 rue Grand Chemin à Roubaix
  • Le 24 juin 2016 à partir de 1h à la Boucherie, 32 rue Masséna à Lille
  • Le samedi 2 juillet à partir de 1h au S Club, 28 rue de Wazemmes à Lille