Alcool et autres drogues

Dans le langage parlé, « la drogue » désigne soit une substance (cocaïne, alcool, etc.), soit la relation de dépendance qui peut découler d’un produit (par exemple « être un drogué du GSM, du sport ou du travail »). Le terme « drogue » a une valeur péjorative. Il est régulièrement associé à la dépendance, l’overdose, l’isolement social, la rupture familiale, la perte d’emploi, etc.

L’expression populaire « tomber dans la drogue » reflète le mythe de la toute puissance de la drogue, qui enfermerait inéluctablement le consommateur dans une spirale infernale de déchéance et de dépendance.

Cependant, il n’est pas une seule société humaine qui n’ait eu recours à une drogue quelconque. Depuis toujours, les hommes consomment des drogues comme remède médical, pour faciliter le sommeil, atténuer la douleur, modifier l’humeur, rester éveillé, communiquer avec les esprits, explorer d’autres dimensions, soutenir des pratiques sociales ou religieuses, etc. Il n’empêche que  la consommation d’alcool et autres drogues n’est jamais sans risques.

Psychotrope ?

Parce que le terme « drogue » est connoté, nous préférons le vocable plus neutre de « psychotrope » ou « psychoactif ». Un produit psychotrope est une substance qui modifie le psychisme (le mental) du consommateur dont l’usage peut comporter des risques et peut induire une dépendance.

Une multitude de produits

Nous pouvons citer parmi les produits psychotropes les plus consommés : l’alcool, le tabac, le café, les médicaments, le cannabis, l’ecstasy (MDMA), les amphétamines, la cocaïne, le LSD, la kétamine, les champignons hallucinogènes, l’héroïne, etc. On retrouve aussi certains produits de consommation courante détournés de leur usage médical, ménager ou industriel. C’est le cas par exemple du gaz de briquet, de certaines colles, de l’essence, de nombreux produits nettoyants, du ghb, etc. Il faut également ajouté à ça un nombre important de produits synthétiques qui circulent en Europe et ailleurs : les Research Chemicals (ou appelés NPS, Legal Highs,…).

S’informer ne nuit pas à la santé !

Des brochures d’information existent. Celles-ci sont destinées aux consommateurs ainsi qu’à leurs proches (famille, amis, etc.). Nous les utilisons également durant nos formations. Elles sont disponibles via Infor-Drogues au 02/227.52.52 ou en téléchargement sur le site Internet de Modus Vivendi. Elles vous donneront un aperçu des produits, des effets et des risques que leur usage peut présenter ainsi que des conseils pour réduire ces risques.

Services Quality Nights en lien avec l’usage de produits psychtropes

  • De l’eau gratuite pour diminuer les risques liés à la déshydratation
  • Des alertes en cas de produits psychotropes particulièrement dangereux
  • Un personnel sensibilisé pour mieux réagir en cas d’urgence
  • Les lieux festifs accueillent occasionnellement des stands de réduction des risques liés à l’usage de drogues

Plus d’infos sur le site d’Infor-Drogues ou au 02 / 227 52 52